passion-beaute
Home Actu Un canapé pour deux, voire plus

Moyen d’hébergement convivial, le couchsurfing attire les globe-trotters qui cherchent autant un lieu où dormir qu’un moyen de rencontrer l’autochtone. Témoignage de Fred dont les canapés sont multilingues.

Quel est le principe du couchsurfing ?
On propose son canapé à des voyageurs du monde entier et à l’inverse, on peut trouver un canapé où dormir lors de nos voyages. Pour cela, on s’inscrit sur le site du couchsurfing. Mais il n’y a aucune obligation. On peut très bien ne faire que voyager ou uniquement recevoir des gens chez soi.
Quand t’es-tu inscrit ?
Il y a deux ans. J’ai commencé en hébergeant des voyageurs. J’ai dû recevoir environ 60 personnes et de tous les continents : des japonais, des gens d’Amérique latine, des russes, des taïwanais, des chinois… C’était des personnes toujours très respectueuses. Il n’y a pas de règle dans le couchsurfing, si ce n’est que c’est gratuit, c’est donc à nous de les établir. En général, c’est un échange de service. On peut très bien suggérer à un argentin de passage de préparer un plat de son pays. Certaines personnes viennent passer des concours et ne font que dormir. On n’aura alors aucun contact, c’est un peu dommage.
On peut parler d’esprit de solidarité alors ?
Moi je dirais plutôt que c’est un esprit de découverte. C’est une ouverture sur le monde. On rencontre des personnes qu’on n’aurait pas connues autrement, on découvre leur culture. Et on leur fait découvrir la nôtre. J’essaie toujours de sortir des sentiers battus quand je fais visiter Bordeaux aux étrangers. Je les emmène voir les vestiges des remparts, les « Vivre de l’art ». Je leur fais découvrir la rive droite avec les quais de Queryies, le jardin botanique par exemple et puis on va dans des espaces d’exposition comme la cour Mably, la base sous-marine ou l’espace St Rémy. Je les emmène là où ne vont pas les touristes en général !
En deux ans de couchsurfing, as-tu vu une évolution ?
Oui, je trouve malheureusement que ça se perd un peu. Il y a beaucoup moins de gens qui participent au mouvement. C’est peut-être lié à la crise, les gens vont préférer louer leur chambre ou utiliser des sites payants pour gagner de l’argent. Le couchsurfing était bien plus actif il y a deux ans.

 

Marie Blanchard

www.couchsurfing.org
Groupe facebook des couchsurfers bordelais : bordeaux couchsurfing

Articles similaires

Commenter cet article