Home À la Une Mouvements de fonds dans les banques

EURATLANTIQUE Après l’annonce de la Caisse d’épargne d’installer son nouveau siège social dans le quartier gare, c’est au tour du Crédit Agricole d’Aquitaine de vouloir quitter le boulevard Wilson.

Deux ans après l’annonce de la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes (CEAPC) d’amarrer son navire amiral quai de Paludate dans le quartier Saint-Jean/Belcier d’Euratlantique, c’est au tour du Crédit Agricole d’Aquitaine de céder aux sirènes du « Bordeaux nouvelle définition » en jetant l’ancre aux Bassins à flot, sur l’emblématique site de l’usine Lesieur. Si son intention de quitter son siège du boulevard Wilson, désormais inadapté aux besoins du groupe, n’était plus un secret, l’annonce faite fin janvier en a surpris plusieurs. D’abord par le choix du secteur – les Bassins à flot à la couleur « tertiaire » nettement moins affirmée que le quartier d’affaires Euratlantique – qui renseigne bien sur la déclinaison immobilière de la concurrence entre banques. Ensuite par la rapidité de la décision, qu’expliqueraient à la fois l’urgence pour le groupe de se positionner sur l’un des derniers sites stratégiques des Bassins à flot et le besoin de rassurer en interne ses équipes.

Top départ à partir de 2016

Dévoilé dans un court communiqué de presse, le projet en est pour l’instant au stade d’ « étude de faisabilité approfondie », avec une validation définitive au plus tard fin avril. Peu de suspense toutefois, car nul ne serait prêt à lâcher une telle pépite immobilière… Regroupant dans moins de 4 ans les quelque 330 salariés du groupe, le nouveau siège devrait disposer de 10 000 à 12 000 m², pour un coût total d’environ 50 millions d’euros.  A l’autre extrémité du Port de la Lune, les contours du futur siège de la CEAPC sont quant à eux beaucoup plus nets. Formant avec la future MECA (Maison de l’économie créative et de la culture en Aquitaine) la façade d’Euratlantique côté Garonne, le bâtiment réalisé par Bouygues Immobilier et conçu par le cabinet parisien Architecture Studio présentera des lignes fluides et d’honorables mensurations : 11 500 m² de surface de plancher, 117 m de long et 28 m de haut, soit R+7. C’est en 2016 qu’il ouvrira ses portes aux 450 employés, aujourd’hui répartis sur les sites de Mériadeck et Bordeaux-lac.

Seconde vie

Qu’adviendra-t-il des sièges actuels ? Après plus de 40 ans de bons et loyaux services bancaires, ces immeubles devraient en finir avec la vie de bureau. Racheté par la SAS PRIMCE – qui regroupe 4 promoteurs et investisseurs immobiliers aquitains (ALTAE, Sefiso Atlantique, Aquitaine Invest et François Ileret), le siège de la CEAPC à Mériadeck renaîtra en 2017 dans la peau d’un hôtel 4 étoiles. Une destinée qui semble être la mieux adaptée à la spécificité architecturalede ce bâtiment de 1977, signé Edmond Lay et salué par le Grand Prix d’Architecture en 1984. Reste que 7 mois après l’annonce du projet, il est difficile d’en savoir plus sur les travaux, la future enseigne ou la capacité d’accueil, la CEAPC ciblant sa communication sur son nouveau siège. « On travaille d’arrache-pied sur le sujet, assure Pierre Coumat, directeur associé de PRIMCE et directeur général d’ALTAE. Bénéficiant d’un fort attrait touristique, Bordeaux a besoin d’une hôtellerie renouvelée à l’horizon 2017, quand la LGV mettra la ville à 2 heures de Paris ». Boulevard Wilson, le Crédit Agricole optera pour une vocation résidentielle pour ses 13 000 m² construits en 1972. « C’est une question de bon sens immobilier, avec un immeuble d’un format important, qui date et qu’il faudrait entièrement restructurer pour attirer un autre preneur tertiaire, commente Patrice Dupouy, directeur associé de Tourny-Meyer et président de l’Observatoire de l’immobilier d’entreprise de Bordeaux Métropole. Il reste à valider par une étude technico-financière s’il faut garder la tour et l’adapter ou bien la raser et reconstruire ».

Une question que se poseront bientôt d’autres grands groupes, à l’image de la Direction des retraites et de la solidarité de la Caisse des Dépôts au sujet de son établissement de Bordeaux-Lac. Un déménagement XXL, avec près de 1 300 employés sur près de 30 000 m², pour une destination qui devrait être annoncée d’ici l’été. Ouverts depuis quelque temps, les paris placent Saint-Jean/Belcier comme favori…

 

Par Sophie Breton

Commenter cet article