alpierre-immo
Home À la Une Les jardins de Bacchus : on va bêcher à la Béchade

Le parc de la Béchade va désormais être le terrain de jeu des mains vertes du quartier. A quelques mètres de la maternité de l’hôpital Pellegrin sont nés ses jardins partagés. Ils occupent une surface de 500 m2 et s’appellent « les jardins de Bacchus ». Les petites parcelles se portent bien.

Ce n’était pas la peine d’amener son eau le jour de l’inauguration des parcelles des « jardins de Bacchus » pour les baptiser, le ciel s’en est chargé. Pour arriver à cette naissance, plusieurs mois de gestation ont été nécessaires. La Direction des Parcs et Jardins de la mairie de Bordeaux préparait le terrain pendant qu’un comité de pilotage mettait en place le mode de fonctionnement des jardins partagés. Et puis il a fallu nommer ce nouveau bout du parc. Situés sur d’anciennes terres vinicoles, ce sont donc « les jardins de Bacchus » qui ont mis tout le monde d’accord.
Ensuite, il a fallu attribuer les futurs potagers à leurs propriétaires. Trois parcelles ont été réservées aux collectivités : l’une est destinée à la MDSI du quartier (Maison Départementale de Solidarité et d’Insertion), une autre réservée à l’hôpital Charles Perrens et enfin, la Maison de quartier du Tauzin va également pouvoir sortir les râteaux pour entretenir ses 13m2 : « Nous allons mettre en place des projets avec les enfants que nous accueillons au centre de loisirs » explique Jean-Marc Gruard responsable du pôle enfance et jeunesse de la structure. Le reste des parcelles a été distribué aux familles du quartier. Antoine, Clément et leurs parents font partie des futurs jardiniers : « Mon mari est moi ne sommes pas des citadins au départ, explique Estelle, maman des deux garçons. Et nous n’avons pas de jardin depuis que nous sommes arrivés à Bordeaux, or, il était important pour nous que nos enfants aient un contact avec le terre. En plus, cette démarche va nous permettre de créer des échanges avec les gens du quartier ». Les jardins de Bacchus sont bien partis pour devenir un terrain de convivialité dont on pourra consommer les récoltes sans modération.
Marie Blanchard

Commenter cet article