Home Mon Quartier La Bastide Jean-Pierre Gaudry, le magicien qui marche à la baguette

Brocanteur à la retraite, Jean-Pierre Gaudry a une passion pour la magie. Rencontre avec un illusionniste hors du commun.

Magicien un jour, magicien toujours… Jean-Pierre Gaudry, alias Charles James (son nom de scène), s’est résolu à prendre sa retraite de brocanteur en 2003, mais celle de magicien, pas question !

À la première occasion, attendez-vous à ce qu’il aille chercher sa mallette de praticien pour vous prouver qu’il a plus d’un tour dans son sac. Une pièce de monnaie qui disparaît, une cuillère métallique qui se tord, un foulard qui sort d’on ne sait où, Jean-Pierre Gaudry est capable d’animer une fin de banquet entre amis, comme il peut monter sur scène et présenter un spectacle digne d’un professionnel.

Avant de s’installer dans sa boutique avenue Thiers, il a exercé la profession de chauffeur routier et tous ses collègues l’appelaient alors par son surnom : le magicien. Responsable syndical de sa profession, il était redouté de ses patrons, autant par son bagout que par ses tours… de passe-passe. Il admet qu’à son âge, sa carrière professionnelle est derrière lui, mais il rappelle à tout hasard que si un comité d’entreprise, une association, une école en quête d’animation recherchent un artiste de music-hall pour égayer une soirée de Noël ou d’anniversaire, il reprend aussitôt sa baguette et sa panoplie de prestidigitateur.


À la mode de Francis Blanche et de Pierre Dac

Sa passion, Jean-Pierre Gaudry, héritier de Robert Houdin, aimerait aussi la transmettre auprès de jeunes, ou de moins jeunes artistes qui voudraient apprendre le métier. Ce n’est pas le matériel ni l’expérience qui lui manquent. Toutes les pièces de son domicile servent de lieux de stockage à une foule d’objets indispensables pour faire un spectacle de magie, à condition bien sûr d’en connaître le mode d’emploi.

À ce sujet, peut-on dévoiler ses secrets ? Jean-Pierre Gaudry reconnaît qu’un tour de magie, c’est comme les coins à champignons, la règle est de ne pas les divulguer. Dans le cadre d’un enseignement, elle peut être assouplie. Un conseil à un débutant ? Rien ne sert d’aller vite quand on exécute un tour. L’œil va toujours plus vite que la main. Ce qu’il faut, c’est adopter le geste le plus naturel possible pour ne pas être repéré. Plus facile à dire qu’à faire !

Pour rassembler tous ces trésors, Jean-Pierre a associé ses deux passions : la brocante et la magie. À force de chiner à droite à gauche, de fréquenter les salles des ventes et de sympathiser avec d’autres «collègues», il a rassemblé des collections de grandes valeurs. Dans ses armoires, on trouve des ouvrages, dont certains très anciens, des costumes de scène orientaux comme en portaient Francis Blanche et Pierre Dac dans leur célèbre sketch, des dizaines de jeux de cartes truqués, des automates, des boîtes à double et voire triple fond, de faux éventails, des cages à oiseaux… et des phonographes.

Quel rapport avec le reste ? Aucun, sauf que Jean-Pierre Gaudry est passionné par ces objets. Lorsqu’il tenait son magasin à l’enseigne Brocantomania, dans le bas de l’avenue Thiers, il s’était constitué une clientèle de collectionneurs de phonographes. Ils venaient de la France entière chercher la pièce qui leur manquait ou échanger celle qu’ils avaient en double.

Mais la brocante c’est du passé, l’actualité c’est cette envie encore et toujours d’amuser et d’étonner la galerie en coupant la corde que l’on croit entière, en faisant sortir le lapin de son chapeau, la tourterelle de sa cage et en rendant la montre à celui à qui on l’a subtilisée. Il suffit d’un coup de baguette magique pour transformer Jean-Pierre Gaudry en Charles James. Essayez, vous n’en verrez que du feu !

Articles similaires

Commenter cet article