passion-beaute
Home À la Une Guinguette d’Alriq : un coup de Barre et ça repart

On avait quitté au début de l’été Christian Alriq, propriétaire de la célèbre guinguette de la rive droite, en pleine déconfiture.

Il était alors sous le choc de la descente de police de l’hygiène qui l’avait contraint à fermer son établissement « hors normes ».

Il venait aussi de recevoir les devis des entreprises susceptibles de mettre les cuisines de sa guinguette en conformité avec les règles en vigueur et la note était plutôt salée.

Sans le sou, désireux de se séparer de son affaire, Christian Alriq ne pouvait compter que sur un homme providentiel pour surmonter ses difficultés. Dans ce quartier de Queyries, cet homme existe, il se nomme Philippe Barre. C’est le boss de l’agence de communication « Evolution », c’est aussi celui qui a transformé une partie de la caserne Niel en ruche dont il est devenu le roi.

En quelques années, avec ses associés et l’appui des collectivités, il a réhabilité plusieurs bâtiments de l’ancienne caserne. Sous l’enseigne Darwin, nom donné à ce concept, il a installé les bureaux de son agence, un plateau pour les start-up, des commerces et bientôt une pépinière d’entreprises liées à la filière verte et beaucoup d’autres choses sont annoncées.

Darwin c’est aussi des expositions, des manifestations un brin décalées organisées sur le site. Il arrive à Darwin de franchir les murs de la caserne. C’est ainsi que Philippe Barre, passionné de sports de glisse, a installé dans des locaux vacants un club dédié à la voile, au canoë ou encore au stand up paddle.

Ce local est quasi voisin de la guinguette d’Alriq.

Le naufrage de ce fief bobo amoureux des lieux atypiques ne pouvait laisser Philippe Barre indifférent. Il a donc cherché toutes les solutions pour le remettre à flot, le moderniser pour en faire une opération viable  tout en veillant à conserver la spécificité des lieux.

Sur le plan de la gestion, cela passe par un changement de capitaine. Conformément à son souhait Christian Alriq prend du recul. La pérennité du nom de la guinguette est assurée avec la venue à sa direction de Virginie Alriq, sa nièce, accompagnée dans ce projet par Pierre Manescaud. Tenir un restaurant, ils ont déjà donné avec succès si l’on en juge par la réussite de leur précédent établissement (le Café Ballon aux Chartrons).

Pour se lancer à fond dans cette aventure de renflouement, le trio attendait le feu vert de la mairie sous la forme d’une autorisation temporaire d’occupation du terrain situé sur les berges de la Garonne. Une délibération de cette nature a été votée à l’unanimité au dernier conseil municipal.

Philippe Barre et ses associés se sont lancés un défi : réouvrir les volets de la guinguette avec l’arrivée des beaux jours. Chaud devant !

Commenter cet article