Home Mon Quartier Gare St-Jean Du fil à retordre à la Pépinière.

ARTISANAT Hélène Boulet était partie pour travailler dans le domaine du tourisme. Elle a finalement opté pour le stylisme. Portrait d’une jeune femme qui se lance l’aiguille et les ciseaux aux poings.

«Mon père me réveillait tous les samedis matins avec les Creedence à fond »…de quoi forger une âme de fonceuse pour toute la vie ! Et en effet, peu de temps après l’obtention de son master de marketing et communication touristique, Hélène Boulet n’a pas eu peur d’effectuer un virage professionnel radical : « J’avais obtenu un premier poste de pigiste pour un guide touristique. C’est à cette époque que j’ai commencé à me mettre à la couture. Je voulais réaliser mes propres vêtements et là, ça a été un gros coup de cœur ! Moi qui n’avais jamais eu de passion particulière, je me suis mise à adorer la couture» ! Pas très étonnant cela dit pour cette petite-fille et arrière-petite-fille de couturière ! C’est à la Société philomathique (rue Abbé de l’Epée) de Bordeaux qu’elle a commencé à suivre une formation de styliste. « Là-bas, j’ai appris toute la technique. Après, il ne me restait plus qu’à m’exercer. Car c’est ça la couture : il faut faire, défaire, refaire, explique la créatrice.  C’est une satisfaction immense de concevoir un modèle de A à Z ! Mais à un moment, je me suis quand même demandé ce que je faisais là. Est-ce que je n’étais pas en train de faire une grosse bêtise ? » Hélène n’a pas pour autant foncé tête baissée : « Je me suis testée sur quelques salons de créateurs. Je me souviens de ma première vente ! J’étais aux anges et c’est là que je me suis dit qu’il fallait continuer ».

Les choses sérieuses commencent

En janvier dernier, Hélène s’est installée à la Pépinière éco-créative de la rue du Port : « Il était devenu indispensable que j’ai un local. Lorsque je cousais chez moi, je perdais beaucoup de temps à sortir mes tissus, ranger mes machines… Coudre prend énormément de place ! ». Outre le gain de place, la styliste apprécie aussi la solidarité qu’offre la pépinière : « On débute tous ici. Alors on se comprend car on est dans la même galère ! Il y a un élan commun très stimulant » ! Depuis qu’elle a son local, Hélène reconnaît que les choses sérieuses commencent. Si elle n’est pas à sa table de travail ou derrière sa machine à coudre, elle peaufine son site Internet qu’elle vient de lancer ou organise sa participation à des salons de créateurs. Une partie de son temps de travail est aussi consacrée à la recherche de tissus : « Je travaille beaucoup avec des tissus imprimés que je récupère sur des vide-greniers ou dans les armoires de nos grands-mères ». Hélène n’est pas résidente de la pépinière éco-créative pour rien ! Rien ne se jette, tout se récupère et les tissus retrouvent ainsi une deuxième vie sous les mains expertes de la jeune créatrice qui trouve l’inspiration dans les rues bordelaises : «  Les filles s’habillent vraiment bien ici! Je les observe dans la rue, dans le tramway et elles m’inspirent » raconte la styliste qui, pour le moment, consacre la majeure partie de ses créations à la gent féminine dans un style résolument « revival ». Peut-être encore une influence de Creedence à qui Hélène rend une forme d’hommage en appelant sa petite entreprise : « Down on ze corner » inspiré d’un titre phare du groupe. C’est clearwater.. de source

 

Marie Blanchard


Down on ze corner

http://www.downonzecorner.com

contact@downonzecorner.com
Possibilité de visiter son show-room sur RDV, à la pépinière éco créative,
11 rue du port à Bordeaux
06 89 77 39 56

Commenter cet article