alpierre-immo
Home À la Une Cure de jeunesse au Parc Bordelais

L’annexe du parc bordelais est en friche depuis des lustres. Elle est appelée à devenir un immense jardin d’enfants…

La naissance de ce qui allait devenir le Parc Bordelais remonte au 16 mai 1879, avec la décision de la ville de Bordeaux de reprendre en direct la gestion d’un parc d’attraction installé sur le territoire de Caudéran.

Ce parc existe depuis 1864, ses gérants, la Société du parc et jardin d’acclimatation de Bordeaux, étant devenus à cette date propriétaire du vaste domaine agricole (réputé pour la qualité de son vignoble) de la famille Cutler.

La vie de ce parc d’attraction connait le 17 juillet 1870 un épisode tragique lors d’un spectacle de course landaise. La tribune populaire s’effondre, causant la mort de 14 spectateurs et en blessant 200 autres.

Lorsque la ville de Bordeaux achète l’ancien domaine Cutler, il hérite d’un parc en état de quasi abandon. De gros travaux sont à entreprendre et pour les financer, la décision de la famille de Camille Godard (décédé le 18 décembre 1881), de léguer à la ville une partie de sa fortune pour la création d’un lieu de promenade, tombe à pic.

Par décret présidentiel, en date du 14 aout 1884, une étude de réhabilitation de ce parc est confié à Eugène Bühler, célèbre paysagiste.

Après trois ans de travaux, il est inauguré par le président Sadi Carnot.

Il reste, à l’écart de cet aménagement, une partie du domaine entourée de grilles appelé Parc Céré. L’endroit est visible depuis la rue du Général de Gaulle.

Les vieux bordelais (et Caudéranais) ont en mémoire la guinguette qui animait ces lieux plantés de généreux platanes. Ce restaurant était installé dans l’un des deux pavillons hérités du domaine Cutler. Connu sous le nom de Bel Air, il a pris ensuite celui du propriétaire exploitant ce lieu: l’établissement Céré. Ce bâtiment sera démoli en 1995.

Il ne reste donc rien sur cette parcelle entourée de grilles qui ont besoin d’une cure de Frameto. L’espace disponible mérite mieux que la prairie à papillons laissée en quasi-jachère. Cela fait longtemps que l’on songe à s’atteler à la tâche mais le Parc Bordelais, stricto-sensu, a nécessité de tels travaux, que l’on n’a pas pu mettre des œufs dans tous les paniers.

Le plan du futur jardin d’enfants du parc bordelais.

Le plan du futur jardin d’enfants du parc bordelais.

En plus de l’entretien courant, les services des espaces verts de la ville ont dû faire face aux dégâts occasionnés par les récentes tempêtes. Le Parc Bordelais en a été l’une des principales victimes avec près de 700 arbres abattus ou endommagés. Sa réhabilitation est aujourd’hui en voie d’achèvement d’où la possibilité de s’attaquer au Parc Céré. L’ambition est de faire de ce site un haut lieu de jeux pour enfants. Il arrive que ceux installés dans le Parc Bordelais soient saturés les jours de grande affluence. Les chères têtes blondes du quartier, malgré leur excellente éducation, se disputent comme des « cailleras » l’accès aux toboggans ou aux balançoires. Les parents sont là pour maintenir le calme, mais il arrive qu’eux aussi s’échangent des noms d’oiseaux. Impensable, vu le standing des belligérants !

La transformation du Parc Céré va se faire par étapes en fonction des budgets alloués. La première tranche démarre cet hiver avec la plantation d’arbres destinés à faire écran avec la rue du Général de Gaulle. Il est également prévu de couler une allée en béton pour desservir les futurs ludiques agrès. Les premiers seront installés avec l’arrivée des beaux jours. Comme l’ensemble de ce parc ne sera pas traité en même temps, une clôture séparative sera installée à titre provisoire. Dans une deuxième étape, le second espace sera aménagé. La clôture du projet se fera avec la …clôture. Il est prévu d’installer en limite de propriété des blocs de pierre emmaillotés dans des caissons de grillage. Les spécialistes désignent ce compactage sous le nom de « gabion » (déjà visible place André Meunier). Pour atténuer l’aspect minéral de ce dispositif, des plantes grimpantes seront appelées à la rescousse. À terme, avec une superficie d’un hectare, le Parc Céré deviendra le plus grand jardin d’enfants de Bordeaux.

Commenter cet article