alpierre-immo
Home À la Une Cheverus : la culotte a du mal à descendre

L’îlot Cheverus est en passe de battre plusieurs records dont celui des mètres carrés les plus chers de Bordeaux, il est aussi question de la culotte de cuir la plus chère du monde. Explications.

Les fouilles archéologiques, dites préventives, réalisées avant le début des travaux de la Place St Michel ont été largement médiatisées. Articles de presse, réunions publiques… les archéologues ont pu ainsi rendre compte de leurs travaux.

Pour les fouilles de l’Îlot Cheverus, on n’en est pas encore là. L’embargo est même de mise  tant que la DRAC n’aura pas reçu le compte rendu des recherches effectuées l’an dernier. C’est seulement après cette étape que les vestiges du passé, découverts à cet endroit, seront exposés. Cet embargo n’a pas été respecté par Redevco, promoteur de cette vaste opération immobilière. L’un de ses porte-parole, Eric Teng, a réussi son petit effet en annonçant aux nombreux participants au conseil de quartier du mardi 19 Novembre les trouvailles du sous-sol.

En quantité pas grand chose, à l’entendre, par contre, en qualité on devrait un jour entendre parler de la culotte de cuir de Cheverus. Elle daterait de l’Empire. «Du second ou du premier ?» a questionné un brin espiègle un érudit féru des époques napoléoniennes. «Non, tout de même pas» a rectifié l’orateur «il s’agit du bas empire» que chacun sait dater entre le troisième et le cinquième siècle de notre ère.

Une culotte de cuir ! Ils n’étaient pas aussi fous que cela nos envahisseurs romains et même en avance sur la mode. Si l’ironie était de mise au cours de cette réunion, c’est pour aborder, une fois de plus le rapport intérêt/prix de ces fouilles archéologiques. Elles sont devenues obligatoires (arrêté préfectoral) dès qu’un engin de chantier retourne la terre dans un coin du centre ville considéré comme digne d’intérêt en terme de vestiges.

 

La culotte la plus chère du monde

Combien ont coûté celles de Cheverus : «un million d’euros, à la charge du promoteur» a annoncé Eric Teng. Ce qui fait de la culotte de cuir la parure vestimentaire la plus chère au monde. Cette culotte a d’ailleurs reçu un surnom sur le chantier de Cheverus, les ouvriers l’appelant du fait de sa taille «le bikini».

L’histoire aurait été encore plus drôle si ce vêtement romain avait été trouvé dans les sous sols du C&A en cours de démolition. Mais c’est à l’emplacement du bâtiment abritant jadis les rotatives de Sud Ouest qu’il a été déniché. Durant les débats de ce même conseil de quartier, un autre opérateur de Cheverus (un cadre de chez Nexity) a fait part de ses griefs à l’égard de ces fouilles imposées. Il a clairement laissé entendre que si le projet de parking sous terrain avait été abandonné, c’est – entre autre – dû aux surcoûts financiers engendrés par les inévitables fouilles liées à sa construction. L’archéologue ennemi des bâtisseurs des temps modernes ? Lorsqu’on interroge ceux qui ont travaillé à l’Ilot Cheverus, les avis sont tout autre. Mathieu Rondier qui a mené ce chantier pour le compte de la société HADES conteste les chiffres des promoteurs. Après avoir consulté son devis, il parle de deux cents mille euros. Quant au parking, il a été selon lui abandonné faute d’accès suffisants. Réponse du promoteur : «C’est vrai mais cela n’intègre pas les frais annexes liés à la préparation de ces fouilles.» Il n’en reste pas moins que si l’archéologie n’a pas de prix, elle a un coût.

 

Commenter cet article