Home À la Une Au nom du père

L’émotion était palpable lundi soir dans les salons de l’Hôtel de ville lorsqu’Alain Juppé a remis à Serge Lama la médaille d’Art de la ville.

Cette récompense était destinée, à titre posthume, à son père Georges Chaudier chanteur à Bordeaux dans les années 50.

Son fils prodigue a rappelé au micro que la carrière en demi-teinte de son père restera à jamais pour lui une formidable injustice mais aussi sa source de motivation pour réussir dans le même domaine artistique.

L’« injustice » c’est de savoir que son père a décroché à Bordeaux, la ville de résidence de la famille Chaudier, le premier prix de Conservatoire sans avoir pu en profiter.

La route du succès semblait alors ouverte avec une logique intégration au sein des chœurs de l’Opéra. Ce spécialiste des œuvres de Luis Mariano pouvait s’y faire un nom avant de « monter » à Paris.

L’Opéra n’a pas voulu de lui et c’est seul qu’il a voulu percer dans le petit monde de l’opérette.

Georges Chauvier cherchera à Paris la reconnaissance que son pays lui refusait ce qui obligera sa famille à le suivre. Le succès tardera à arriver malgré son incontestable talent, au point qu’il arrêtera sa carrière la mort dans l’âme pour subvenir aux besoins de sa famille.

Serge, son fils unique, a été le témoin de cette désillusion et il en a tiré une soif de réussir qui a eu, il l’avoue, un goût de revanche.

Venir à Bordeaux, sa ville natale (11 février 1943) recevoir une médaille destinée à son père l’a plongé dans un abîme de souvenirs et seul les grands éclats de rire qu’on lui connait lui ont sans doute permis de cacher ses larmes.

Photo : Christian Couly

Commenter cet article