alpierre-immo
Home À la Une Alriq : la Guinguette a fermé ses volets

COMMERCE Depuis le 19 juillet, la guinguette des bords de Garonne est fermée pour non-respect des règles d’hygiène. Les amoureux des lieux ont du mal à digérer cette sanction administrative.

 

«La solution à mon problème ? Elle est en moi, mais je ne suis pas actuellement capable de la trouver». Alriq n’a pas le moral et le rhume carabiné qui l’handicape en cette veille des journées du patrimoine n’arrange rien à l’affaire.
«Patrimoine», sa célèbre Guinguette des bords de Garonne mériterait presque d’y figurer et d’être sauvegardée à ce titre. Ce lieu insolite, hors du temps, des modes et des règlements, se croyait à l’abri d’une descente de la police de l’hygiène. Cette opération s’est pourtant effectuée le 19 juillet et les narines des fins limiers du service de la Préfecture ont été chatouillées à plusieurs reprises au cours de leur inspection. Le chantier de nettoyage du restaurant et la mise aux normes de ses installations étaient tels qu’ils ont pris la décision la plus radicale : la fermeture immédiate et sine-die de l’établissement.
L’annonce par les médias qu’Alriq n’était pas dans les clous n’a pas surpris grand monde et notamment ses plus fidèles clients. Tous les amoureux des lieux admettent que le travail au grand air dans les cuisines et le service des plus folkloriques concourraient à l’originalité de la formule. Chez Alriq, il fallait s’armer de patience pour être servi, nettoyer verres et couverts avant le repas, accepter de manger tiède et payer une facture approchant celle d’un «gastro»… Mais en contrepartie, quel dépaysement et quel bonheur d’être au milieu de nulle part.
De là à risquer l’indigestion à chaque repas, sûrement pas. En tout cas personne ne s’est plaint à ce jour de tels désagréments.
î Les mêmes règles pour tous
Il n’empêche que les règles d’hygiène sont les mêmes pour un trois étoiles que pour la plus modeste des guinguettes. Alriq se trouve dans l’obligation de renouveler son matériel de cuisine défectueux, de soigner la conservation des denrées alimentaires et de nettoyer de fond en comble ses installations. Ce genre de sanction n’arrive jamais au bon moment mais pour Alriq, sa fermeture administrative tourne à la catastrophe. «Nous avons vécu un démarrage fracassant et on nous a fracassés» résume-t-il avec le peu d’humour qu’il lui reste. L’été 2013 demeurera dans les annales comme l’un des plus ensoleillés qu’on ait connu à Bordeaux et nul doute que la Guinguette de la rive droite n’aurait pas désempli. La contrariété a été maximale si l’on sait qu’Alriq avait décidé de se séparer de son restaurant après le coup de feu estival. Cela faisait longtemps qu’il y songeait, lui qui tient cet établissement à bout de bras depuis 23 ans. Des repreneurs se manifestaient régulièrement sans succès, la dernière offre semblait être la bonne.
La Guinguette ne sortait pas de la famille puisque c’est sa nièce qui reprenait le flambeau. Alriq avait prévu un départ sur la pointe des pieds après une période de transition. De son côté, sa nièce, propriétaire du café Ballon aux Chartrons avait vendu au mois de juin son affaire.
Adieu veaux, vaches, cochons… Tous ces projets sont suspendus. Tout va dépendre des capacités d’Alriq à rassembler les fonds nécessaires pour effectuer les travaux de remises aux normes. À l’entendre, la facture n’est pas rédhibitoire, ce qui manque c’est son envie de mener cet ultime combat. Pour l’heure, sur le site, rien ne bouge. Conscient de l’état de sa quasi dépression, tous les amis d’Alriq ont battu le rappel pour l’aider à surmonter cette mauvaise passe. Un Comité de soutien (Les compagnons du fleuve) a été créé, les réseaux sociaux ont été mis à contribution.
En coulisse, le roi de la com’, Philippe Barre, patron de la puissante maison Darwin située à quelques pas de là, manage le dossier Alriq avec le professionnalisme qu’on lui connaît. Quand Alriq va-t-il être en mesure de remettre le couvert ? Nul ne le sait et surtout pas lui et c’est bien cela qui rend les orphelins de sa Guinguette bien pessimistes.

Pour suivre l’actualité «Guinguette» : www.laguinguettechezalriq.com et lacompagniedufleuve.unblog.fr

Commenter cet article